Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Notre Terre
  • Notre Terre
  • : Ce blog va parler des différentes actualités environnementales. Touché par le film "Home", de Yann Arthus Bertrand, j'ai décidé de créer un espace dans lequel une communauté d'internautes pourra partager ces idées en matière d'environnement dans le seul but de sauver notre terre. Alors chaque initiative compte, de la plus petite à la plus grande. Chaque main tendue peut sauver une parcelle de notre Terre et à terme l'environnement et la paix globale.
  • Contact

Profil

  • Savarit Johnatan
  • Etudiant en histoire et en journalisme, le thème de l'environnement me préoccupe beaucoup sans toutefois faire les choses que je voudrais faire. J'espère que par ce biais quelques uns auront conscience de l'impact de l'Homme dans le MONDE.
  • Etudiant en histoire et en journalisme, le thème de l'environnement me préoccupe beaucoup sans toutefois faire les choses que je voudrais faire. J'espère que par ce biais quelques uns auront conscience de l'impact de l'Homme dans le MONDE.

Statistiques

 

69 289 visiteurs uniques

166 814 pages vues

Recherche

Citation du moment

Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on se retrouve toujours dans les étoiles". 

Archives

A voir!

Nouveau blog à visiter :

http://1001patrimoines.wordpress.com

 

Liens

4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 17:45

La médiation culturelle, un projet au carrefour de l’éthique, du pédagogique et du récréatif

La culture telle quelle est codifiée n’est pas accessible à chacun, du moins immédiatement. La rendre accessible requiert alors l’intercession de « médiateurs » et, simultanément, l’élaboration de procédures de médiation. Les médiateurs travaillent dans des milieux variés : rural/urbain, institutions/associations, action culturelle/animation socioculturelle. Le problème central n’est plus seulement de sensibiliser des populations à la culture au sens large mais de soutenir les mutations du champ culturel : crise des valeurs, conflits de références, coexistence culturelle difficile ; autant de motifs de diversifier les interventions, de prendre des partis différents face à la composition des publics culturels ou aux options de la démocratisation et de la démocratie culturelles. La fonction des médiateurs revient à relier, favoriser des passages ou faciliter des liaisons. Ils viennent occuper un terrain sur lequel les ont devancés auparavant les instituteurs, les animateurs, éducateurs, …. Il existe les médiateurs en charge de la conception des projets et actions comme les chefs de projets, les concepteurs, …. Mais il existe également les médiateurs qui ont en charge la mise en œuvre des projets et des actions, comme c’est le cas des agents locaux d’accompagnement culturel, les animateurs, les conférenciers.

 

http://1.bp.blogspot.com/_YFovqKr5sjE/S-wN9JFqgqI/AAAAAAAAAJs/9eB3mcpL9tU/s1600/louvre20pyramide20devant20pavillon20de20sully20de20nuit%5B1%5D.jpg

[Musée du Louvre, source : http://1.bp.blogspot.com/_YFovqKr5sjE/S-wN9JFqgqI/AAAAAAAAAJs/9eB3mcpL9tU/s1600/louvre20pyramide20devant20pavillon20de20sully20de20nuit%5B1%5D.jpg].


Nous entrons au musée avec des façons de voir, des modes de pensée, des phrases, des fables, des bouts rimés, des images. Et le tableau, parfois, n’est-il pas comme un écran qui empêcherait de voir, de lire l’image ?

Montrer, décrire, énumérer, narrer, comparer, interpréter, juger. Toute image est déjà discours. Tout montage d’images n’est qu’un montage de textes. L’image d’une image est déjà une façon de lire.

La médiation culturelle est un projet politique de mise en commun des oeuvres de l’art et de la culture.

Située à l’intersection du culture, de l’éducation, dela formation continue et du loisir, la médiation culturelle s’inscrit dans le champ de ce que l’on appelle l’éducation informelle. En ce sens, elle n’est ni obligatoire, ni contrainte par un programme ni par une validation des acquis. Ces visées sont à la fois récréatives, éducatives et citoyennes. Assurer une médiation, c’est jouer un rôle d’intermédiaire, celui d’un tiers en vue de créer ou de maintenir entre des personnes, des groupes, des institutions des liens insuffisants, inexistant ou rompus, et cela dans un but d’une transformation des rapports sociaux en même temps qu’une évolution importante des transmissions culturelles.

La médiation culturelle regroupe ainsi l’ensemble des actions qui visent à réduire l’écart entre l’œuvre, l’objet d’art ou de culture, les publics et les populations.

La médiation culturelle se déploie suivant deux grands axes selon qu’elle implique la présence physique d’un médiateur ou des propositions utilisables par les visiteurs en parcours libres. La médiation directe met en scène le médiateur qui s’appuie sur le groupe de visiteurs présents : regards, attitudes, interactions verbales ou non, autant d’indices qui l’amène à réajuster ou modifier son parcours. La gestion du groupe et sa dynamique propre mais aussi la gestion des différents publics en particulier dans le cas d’un groupe hétérogène, sont autant de missions propres au médiateur. Quant à la médiation indirecte ou support, elle s’adresse à des publics potentiels qui utiliseront à leur guise et à leur rythme des supports tels que des fiches d’aide à la visite, jeu sur support papier, vidéo ou autres. elle doit anticiper au mieux les conceptions des publics, tant sur les contenus que sur les démarches, pour les accompagner de la manière la plus pertinente possible.

En fonction des projets, la médiation culturelle valorise des approches complémentaires : la démocratisation culturelle (accès du plus grand nombre aux valeurs patrimoniales) et la démocratie culturelle (valorisation des expressions culturelles des populations). Elle ambitionne de travailler conjointement au niveau du sens et au niveau du vivre ensemble.

Comment le médiateur construit-il des espaces de parole qui favorisent l’échange et le débat à propos de ce qui à une valeur pour un groupe ?

Comment répondre aux attentes des populations et à celles des institutions ? De quelle façon répondre à l’exigence de sens ?

De quelle manière tirer partie des spécificités de chacun des domaines de la culture et de chaune des fractions de population, sans pour autant limiter les unes et les autres ?

 


 

Le projet est, dans notre société, une surface de projection des aspirations des individus et la référence oglibée des organisations. Le projet devient le mode d’adaptation privilégié, il constitue une injonction face à la réalité qu’il entend modifier.

Dans tout projet, les dimensions présentes, soit isolément, soit simultanément, sont :

         §  L’identification des contraintes et des variables de situation.

         §  La détermination de buts vers lesquels se polarise l’action.

         §  L’explicitation des motifs.

         §  L’utilisation des stratégies d’action pour se donner les moyens de son projet.

Plusieurs étapes sont donc à suivre :

           §  Diagnostic : identifier les besoins et les attentes des populations.

           §  Elaboration : définition du projet avec objectifs, les publics et les moyens.

           §  Réalisation : phase de mise en place : identification des partenaires et des prestataires de service.

           Négociation sur les moyens financiers.

           §  Réalisation 2 : phase de suivi, réunion, comité de pilotage.

           §  Stratégies de communication : journalistes, élus, population ….

           §  Bilan : évaluation, approche quantitative et qualitative.

Deux distinctions sont à faire selon si le projet existe ou pas.

1-      La diffusion : l’œuvre existe déjà. Il faut réceptionner l’œuvre, préparer les publics, attirer le public lors de l’inauguration et soigner sa communication.

2-      La création : l’œuvre n’existe pas. Un cahier des charges est alors nécessaire. Avant le lancement de tout projet, il est important de définir exactement les règles de la mise en place. Ce cahier des charges énumère également les clauses et les conditions d’exécution, définit le rôle et les engagements respectifs, définit les modalités d’action comme la coordination, le calendrier, l’évaluation. Il est remis à chacun et contractualise la relation.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Savarit Johnatan - dans Patrimoine-Musée
commenter cet article

commentaires